La technologie au secours des abeilles - FUTURE - ARTE

by: FUTUREMAG - ARTE

Download this transcript

Transcript:

[6.94]
les abeilles sont apparus sur terre presque en même temps que les fleurs il y à plus de 120 millions d'années pendant des millénaires les abeilles et les hommes vivaient en parfaite harmonie elle put in est et polliniser à tout va tandis que les hommes se délectait de leur miel bref tout allait bien mais ça c'était avant avant que les apiculteurs ne sonne l'alarmé au milieu des années 90 les abeilles vont très mal disait tirs partout sur le globe elle meurt dans les ruches ou s'évapore mystérieusement dans la nature depuis apiculteurs et chercheurs redoublent d'imagination pour les sauver


[46.59]
direction avignon dans un centre de renommée mondiale l'unité abeilles environnement de l'inra l'institut national de la recherche agronomique ici une trentaine de chercheurs et de techniciens est à pied d'oeuvre sous la houlette d'yves le compte leur objectif comprendre ce qui arrive aux abeilles et surtout innover pour les sauver les abeilles ne vont pas bien depuis à peu près 15 ans il ya des mortalités qui sont révélées par les apiculteurs on sait qui est à peu près en fonction des années entre 20 et 30% de nos colonies d'abeilles qui meurent pendant l'hiver plus celles qui meurent pendant la belle saison il ya des conséquences qui sont énormes parce que les abeilles elles vont polliniser les fleurs partout donc si il ya plus la bei a plus la pollinisation donc non seulement l'abeille disparaît mais la plante aussi disparu la pollinisation qu'est ce que c'est eh bien c'est la fécondation des fleurs mais qui s'en charge dans la nature il y a le vent les oiseaux et surtout les insectes dont les abeilles qui assurent la reproduction de 80% des fleurs sauvages et de 35% des plantes agricoles et maraîchers quand les abeille butine de fleur en fleur c'est pour se goinfrer du nectar hymne au passage elle emmène toujours un peu de pollen sur leurs pattes qu'elles vont déposer sur une autre fleur les abeilles pollinisent ainsi sans savoir on se ment des grains de pollen de l'organe mâle d'une fleur vers l'organe femelles d'une autre et le tour est joué la plante est fécondé bravo la bei alors soyons clairs si cette entremetteuses rend son tablier on a tous du souci à se faire on estime à peu près un tiers de ce qu'on a dans notre assiette qui disparaîtraient si on avait plus d'abeilles pour éviter cette disparition annoncée les chercheurs ont dans un premier temps décidé d'étudier la santé des colonies et le constat est sans appel vous avez derrière vous des colonies qui ont dans dans la cire dans le pollen entre 10 et 20 produits chimiques différents qui viennent dé l'agriculture donc ça forme un cocktail et on sait que ce cocktail il est vraiment pas bon pour les abeilles ces produits chimiques ce sont des pesticides première conséquence de leur présence dans l'environnement ils affaiblissent les abeilles cela les rend plus sensibles aux maladies et plus vulnérables aux parasites comme le plus sournois d'entre eux le varroa destructor un terrible acariens bourré de virus qui se colle à l'insecte et le détruit à petit feu il s'attaque quand même aux abeilles quand il n'ya pas de pesticides mais il est plus redoutable quand elles sont affaiblies mais la présence de pesticides peut avoir d'autres conséquences à l'inra d'avignon toujours le biologiste axel decourty a décidé de mesurer clairement l'impact de ces substances sur l'orientation des abeilles et pour cela il a mis au point un étonnant système qui permet de suivre les abeilles lorsqu'elles partent butiner l'hypothèse c'était que les butineuses qui vont sur des parcelles traitées et est affecté par de faibles doses d'insecticides et ne revenait pas à la ruche et pour vérifier cette hypothèse il fallait pouvoir les suivre à la trace y compris en plein vol pour y parvenir axel decourty un recours à une prouesse technologique il leur colle une toute petite puces électroniques sur le dos et il leur donne ensuite un sirop sucré contenant une toute petite doses d'insecticides 650 abeilles ont ainsi été équipés de cette puce et exposés aux pesticides sont ensuite été relâché à un kilomètre de leur ruche un capteur situé à l'entrée de la ruche habiter les puces des abeilles qui rentrait au bercail le néo cons des retours a été retransmis en temps réel à un ordinateur on a ainsi pu constater qu environ 70 % seulement avaient retrouvé le chemin de la ruche mais que 30 % d'entre elles avec définitivement disparu ce qui prouve qu'elles n'ont pas su retrouver leur chemin la plupart des pesticides sont des neurotoxiques qui vont affecter le système nerveux des insectes donc la butineuse ne serait plus capable de lire son paysage ou de lire des repères céleste comme le soleil et da donc être perdus et ne pas revenir à larges une butineuse qui ne revient pas à la ruche est condamné suite à cette expérience les chercheurs ont demandé à l'europe l'interdiction de pesticides et surtout la famille des néonicotinoïdes arriver sur le marché en 94 on les retrouve dans des pesticides comme le gaucho ou le cruiser actuellement met en place un réseau de laboratoires au niveau international pour pouvoir standardisés cette méthode des faits des pesticides sur le vol de retour et ensuite la défendre au niveau réglementaire à l'échelle de l'europe grâce à ces recherches trois molécules de la famille des néonicotinoïdes ont été interdites pour une durée de deux ans au sein de l'union européenne mais ça ne suffit pas aux apiculteurs qui veulent leur interdiction définitive car d'autres molécules semblables inondent le marché alors poursuivre la santé des colonies les chercheurs connecte les ruches à des ordinateurs depuis un an et demi deux ans ces colonies sont enregistrés pour prédire la santé des abeilles on enrage is le poids de la ruche la température de la ruche ont filmé avec des caméras pour voir exactement ce qui se passe et on a tous ces capteurs aussi de météo qui sont à 20 mètres et on va essayer de remettre tout ça dans un modèle mathématique pour pouvoir dire à l'apiculteur tard huchet leur bonne santé où elle n'est pas en bonne santé et ce n'est pas la seule innovation imaginé pour surveiller les abeilles en collaboration avec les chercheurs de l'inra une société franco suisse a mis au point une ruche où l'électronique et cette fois intégrés aux alvéoles un système qui permet de suivre en direct la santé des oeufs et des larves pondues par la reine autrement dit le coût 20 donc là on voit le coût 20 là on voit le module radio qui est carrément enfui on va dire sous leurs sous la cire et c'est lui qui va dialoguer avec notre micro ordinateur qui est dans la boîte là les abeilles ont bâti leurs alvéoles sur un cadre équipé d'une centaine de capteurs thermiques grâce à eux on peut vérifier la présence de ce fameux couvin que les abeilles maintiennent en permanence à 36 degrés ici vous avez la réplique exacte de ce que l'on a à l'intérieur de la ruche ici on retrouve le module radio et sur chaque petit point noir ici vous avez un capteur de température ici on visualise la hausse de la température provoquée par un simple contact du doigt sur le capteur et voici maintenant le relevé des températures enregistrées sur la surface de chacun des cadres de la ruche le rouge indiquant les zones à 36 degrés plus on monte vers le rouge orange plus la température est élevée princ en regardant ce graphique on voit clan des ducs ou 20 donc on a deux cadres de couvin ce qui est normal en cette période de l'année donc nous sommes partis d'un cadre standard sur lequel nous allons ajouter notre électronique et qu'est ce qu'on va faire on va faire la même chose que l'apiculteur on va lui adjoindre une feuille de cirque ou frais et au final on se retrouve avec un cadre qui est exactement comme un cadre classique grâce à ces outils qui seront bientôt disponibles sur le marché les apiculteurs pourront s'équiper et suivre en temps réel la santé de leurs colonies ils pourront ainsi réagir plus vite en traitant leurs ruches contre une maladie ou encore en les aidant à se repeupler s'ils ont perdu la veille la plus importante de la ruche seul et unique reproductrices la reine


[525.23]
autrefois élevé dé rennes était une activité marginale pour les apiculteurs mais aujourd'hui c'est devenu une nécessité vitale dans le béarn gilles fert et l'un des plus grands spécialistes mondiaux des abeilles chili australie liban polynésie ou ici en afghanistan il parcourt le monde entier pour repeupler les ruches avec dans ses bagages des reines et depuis des années il n'a de cesse de perfectionner des techniques d'apiculture ancestrale qu'il enseigne à travers le monde entre enfants david et rennes qui veut les 4 5 ans aujourd'hui quand elles ont fait un temps exceptionnellement deux ans elles sont épuisées parce que le l'activité humaine la pollution ont fait que probablement s'altère tout le système reproducteur de la reine et des mâles perdre la reine des abeilles c'est dramatique pour la colonie qui ne peut en abriter qu'une seule il lui faut environ un mois pour en élever une nouvelle alors pour gagner du temps l'apiculteur peut lui en offrir une tout fait déjà prêtes à pondre qui deviendra la maman de ces vingt ou trente mille ou riel dans la ruche la reine est au départ une simple larves que ses congénères vont nourrir exclusivement de gelée royale celle-ci se développe dans un petit cocon douillet en cire la cellule royal éleveurs commence par choisir un simple cadre issu d'une ruche en bonne santé qu'il va emmener dans son laboratoire et c'est là tel un orfèvre qu'il va donner un petit coup de pouce à la nature et va transformer de simples abeilles en


[624.27]
je vais prélever des larmes de moins de 24 heures on les dépose tranquillement sur un petit peu de jeu d'une goutte de jus les royals et dans dix jours j'aurai des cellules royales prête à naître c'est ce qu'on appelle la technique du greffage le transfert des larmes donc cette opération était quelque chose d'assez marginal est encore une vingtaine d'années aujourd'hui c'est devenu une nécessité pour multiplier ses rapidement le nombre de ruches et pour augmenter encore les chances d'obtenir une abeille plus résistante et plus performante gilles fert a une autre corde à son arc ainsi miné de façon artificielle des reines avec le sperme de mal triés sur le volet s'éteint il obtient ainsi des reines de compétition vendus entre 20 et 25 euros pièce qui peuvent être expédiés dans le monde entier je l'introduit dans la cage end expédition avec cette accompagnatrice de la nourriture et dans cette petite cage est elles peuvent voyager comme ça pendant les jours par la poste et oui gilles fert croule sous la demande en france et à l'étranger pour l'instant dans l'urgence on n'a que ça c'est à dire faire de la reproduction pour compenser toute cette mortalité malgré toutes ces innovations le combat pour sauver les abeilles reste incertain faudra-t-il un jour se passer complètement de ces indispensables pollinisatrices à l'université d'harvard des états unis un groupe de chercheurs imaginent déjà là près abeilles un monde où il faudra faire sans elle ils ont ainsi créé un robot insectes volants de 3 cm formé en bataillon il pourrait polliniser artificiellement les champs pour l'instant il ne s'agit que d'un prototype qui n'est pas encore au point et dont le seul exemplaire est alimenté par câble pas pratique il reste à espérer que l'homme n'est pas un jour à s'en servir si vous aussi vous voulez contribuer à sauver les abeilles rendez vous sur arte.tv slash futur mag souvenez vous vous aviez aimé le tutoriel qui vous apprenait à faire vous même un potager à la maison vous allez aimer apprendre avec notre bricoleur ludovic à réaliser vous même



Description:
More from this creator:
www.futuremag.fr

Partout dans le monde depuis 30 ans, les abeilles subissent des pertes inédites et alarmantes. L’heure est grave car à elles seules, ces « super-pollinisatrices » assurent la reproduction de 80 % des plantes à fleurs et d'un tiers de notre alimentation. FUTURE part enquêter sur les dernières innovations électroniques en date, qui permettent d'étudier la raison de leur disparition. Puces électroniques greffées sur le dos des butineuses, capteurs intelligents installés dans les ruches et les alvéoles, fournissent des informations précieuses sur le comportement et l'environnement des abeilles , et pourraient permettre de sauver ces insectes essentiels à la survie de notre écosystème. Retrouvez l'émission et des contenus inédits sur http://www.futuremag.fr

Twitter : http://twitter.com/FUTUREMAGfr

Facebook : http://www.facebook.com/futuremag.arte

Disclaimer:
TranscriptionTube is a participant in the Amazon Services LLC Associates Program, an affiliate advertising program designed to provide a means for sites to earn advertising fees by advertising and linking to amazon.com
Contact:
You may contact the administrative operations team of TranscriptionTube with any inquiries here: Contact
Policy:
You may read and review our privacy policy and terms of conditions here: Policy